FAITES LE TEST !

Edulcorants « naturels » ou « artificiels »: quelle différence pour la sécurité ?

Pour les édulcorants comme pour bien d’autres substances alimentaires, le naturel rassure, alors que l’artificiel inquiète. Mais est-ce véritablement fondé ? Nous avons posé la question à un toxicologue, le Prof Tytgat (KULeuven).

Edulcorant d'origine naturelle

Les édulcorants d’origine naturelle, comme l’édulcorant extrait de la stévia, bénéficient d’une meilleure perception par le consommateur que ceux de synthèse (comme l’aspartame ou le sucralose). Pourquoi ? Parce qu’on associe volontiers ce qui est « naturel » à quelque chose de « sain », d’ « inoffensif ». En revanche, les édulcorants de synthèse font l’objet d’une certaine méfiance en raison de leur origine. Existe-t-il deux poids, deux mesures, en matière de sécurité selon l’origine des édulcorants ? Non, comme nous l’explique le Prof. Tytgat, expert associé à la KULeuven.

 Edulcorants « naturels » ou « artificiels », pas de différence pour la santé et la sécurité

« L’origine de la substance, qu’elle soit naturelle ou artificielle, ne détermine en rien sa sécurité », explique le Prof Tytgat. En effet, « Tous les édulcorants sont soumis aux mêmes procédures d’évaluation de leur sécurité avant d’être mis sur le marché ». Pour chaque édulcorant basse calorie, une Dose Journalière Admissible ou DJA est établie de manière à garantir sa sécurité d’utilisation. « C’est la DJA qui permet de savoir si la consommation d’un édulcorant est dans les normes, quelle que soit son origine. Tant que la dose ingérée au quotidien est inférieure à la DJA, la sécurité est garantie», poursuit le toxicologue.

Une façon simple de vérifier si sa consommation d’édulcorants respecte la DJA est d’effectuer l’édulcotest.