FAITES LE TEST !

L’effet des édulcorants basses calories sur la glycémie

Les édulcorants basses calories augmentent-ils le taux de sucre ? C’est ce que pensent certains. Réponse avec cette nouvelle étude clinique qui évalue l’aspartame et le sucralose, deux édulcorants basses calories très utilisés.

effets-edulcorants-basses-calories-sur-glycemie

Qui n’a pas déjà entendu dans son entourage que les édulcorants basses calories, c’est encore pire que le sucre ? Qu’en réalité, l’organisme réagit comme si c’était du sucre et que, comme ça n’en est pas, c’est encore pire ! Que cela perturbe le métabolisme du sucre et provoque une sécrétion d’insuline… Bref, que les édulcorants ne sont pas bons pour la santé et qu’ils peuvent même faire manger plus !

Il faut dire que les fake news sur les édulcorants basses calories sont nombreuses. Et certains mythes, construits sur base de vieux travaux peu fiables et mal interprétés, perdurent… Malgré le fait que les travaux récents et plus fiables montrent, par exemple, que les effets d’un cola light sur la glycémie ne diffèrent pas de ceux de l’eau.

Aspartame et sucralose pur pendant 2 semaines

Une nouvelle étude menée par une équipe de l’Université de Manitoba, au Canada, vient compléter l’état des connaissances sur ce sujet. Les chercheurs ont évalué les effets de formes pures de deux édulcorants couramment consommés, l’aspartame et le sucralose, sur le métabolisme du glucose. Pour cela, ils ont réalisé une étude clinique auprès de dix-sept volontaires sains, âgés en moyenne de 24 ans et avec une corpulence normale (BMI moyen = 22,9). Les volontaires ont consommé chaque jour, pendant deux semaines, les édulcorants mixés dans de l’eau, à une dose bien précise correspondant à des apports courants pour des consommateurs d’édulcorants :

  • 14 % de la Dosse Journalière Admissible (DJA) pour l’aspartame,
  • 20 % de la DJA pour le sucralose.

Les mesures effectuées sont le suivi des taux sanguins de glucose, d’insuline, de GLP-1 (une hormone qui augmente la sécrétion d’insuline) et de leptine (une hormone de la satiété) et la résistance à l’insuline suivant la prise d’édulcorant.

À lire aussi : Consommation d’édulcorants : des niveaux sûrs en Irlande

Aspartame et sucralose n’augmentent pas la glycémie

Que montrent les résultats ? Que pour la glycémie, comme pour l’insuline, le GLP-1 et la leptine, l’aire sous la courbe est similaire après la prise d’aspartame ou de sucralose qu’au départ de l’étude (sans consommation d’édulcorant). Il n’y a pas eu non plus la moindre modification de la sensibilité à l’insuline par l’aspartame comme par le sucralose.

Voilà qui montre, une fois de plus, de façon très claire, que l’aspartame comme le sucralose pris quotidiennement pendant 2 semaines n’ont aucun effet sur le métabolisme du glucose.

À lire aussi : Boissons sucrées ou édulcorées: quel effet sur l’appétit?

Référence : Ahmad S Y et al. Appl Physiol Nutr Metab 2019  Nov7