Retour à la liste

Saveur sucrée sans calories: état de l’art

Un panel de scientifiques présente les résultats de leurs recherches récentes, à l’occasion d’un symposium organisé par l’International Sweeteners Association (ISA), dans le cadre de la conférence de nutrition Ganepão 2018, qui s’est déroulée au Brésil.

media-exagerent-actualités-scientifiques

C’est sur la thématique « Saveurs sucrées sans calories : sécurité, avantages et rôle des édulcorants basses calories dans l’obésité et le diabète » que trois experts de la question sont venus faire le point sur l’état des connaissances, à l’occasion de cette conférence qui s’est tenue à São Paulo, au Brésil, le 13 juin dernier.

Cancer: tous les édulcorants basses calories approuvés sont sûrs !

Du côté de la sécurité, l’attention portait surtout sur le cancer, un des thèmes de la conférence de nutrition Ganepão 2018. Sur base des données publiées disponibles, le Prof. Carlo La Vecchia (Université de Milan, Italie) conclut qu’il existe à ce jour des preuves épidémiologiques convaincantes sur l’absence d’association entre les édulcorants basses calories et le risque de nombreux cancers courants. Une conclusion parfaitement en ligne avec les opinions scientifiques des autorités dans le monde en charge de la sécurité alimentaire, ainsi qu’avec les études existantes qui montrent qu’il n’y a pas d’effet carcinogène pour tous les édulcorants basses calories approuvés. De plus, des données récentes (1) indiquent que la consommation d’édulcorants basses calories est nettement en dessous de la quantité maximale admise pour garantir la sécurité (la DJA).

Quels effets sur l’appétit et l’apport énergétique ?

La spécialiste de l’appétit, le Dr France Bellisle (Université Paris 13, France) rapporte que les revues systématiques et les méta-analyses récentes ont confirmé que dans le cadre d’un programme de perte de poids, l’utilisation des édulcorants basses calories est associée à un apport plus faible en énergie et en sucre, ce qui peut faciliter le maintien ou la réduction du poids après la fin d’un régime. Elle a également fait le point sur certains mythes issus d’anciens travaux, suggérant que les édulcorants basses calories augmenteraient l’attrait pour le sucré. Elle précise à ce propos que les essais cliniques montrent que les édulcorants basses calories semblent plutôt satisfaire l’appétit plutôt que d’augmenter l’appétit pour les produits sucrés, et qu’ils facilitent la réduction de l’apport en sucre.

Contribuer à atteindre des objectifs de santé publique

Le Dr Caomhan Logue (Ulster University, Coleraine, Royaume-Uni) évoque certaines études ayant rapporté une association positive entre la consommation d’édulcorants basses calories et la prise de poids et le diabète. Ces observations peuvent être largement attribuées à une causalité inverse (p. ex si les diabétiques consomment plus d’édulcorants, ce n’est pas que les édulcorants donnent le diabète, mais le diabète qui amène à manger moins de sucre et donc à se tourner plus volontiers vers les édulcorants basses calories), ou la présence de facteurs confondants. Les édulcorants basses calories peuvent contribuer à la réduction de l’apport en sucre et en calories sans avoir d’impact sur la glycémie, tout en maintenant l’attrait gustatif des denrées.

Les experts s’accordent à considérer que lorsqu’ils sont intégrés dans une alimentation équilibrée et un mode de vie sain, les édulcorants basses calories peuvent avoir une contribution positive pour atteindre des objectifs importants de santé publique en lien avec l’obésité et le diabète.

(1) Martyn D, et al. Low-/No-Calorie Sweeteners: A Review of Global Intakes. Nutrients 2018; 10(3): 357
Articles liés
edulcorants-controler-envies

Les édulcorants aident à contrôler les envies

Comment les édulcorants basses calories sont-ils perçus et utilisés? C’est l’objet d’une nouvelle recherche, qui montre que ceux qui les emploient les trouvent utiles pour mieux contrôler leurs envies.

sucre-edulcorants-Angleterre

Les édulcorants sont-ils plus sains que le sucre?

C’est la question que s’est posée la BBC en faisant un premier bilan des objectifs prioritaires de réduction du sucre au Royaume-Uni. Et ses conclusions pointent que les édulcorants peuvent être une alternative intéressante pour inverser la tendance.