Retour à la liste

Moins de sucre chez les buveurs de boissons light/zero

Les consommateurs habituels de boissons light/zero ingèrent, au global, moins de sucres et de glucides. Tel est le constat d’une nouvelle étude portant sur les données de quelque 25 000 adultes aux États-Unis.

boissons-light-zero

Plusieurs études ont déjà montré que la consommation de boissons light/zero sans sucres permettait, par rapport à celle de boissons sucrées, de réduire sa consommation de sucres et de calories. Néanmoins, les recommandations en matière de gestion du poids préconisent rarement de substituer toute boisson calorique par leurs alternatives light ou zero. C‘est qu’il existe une méfiance à l’égard des boissons édulcorées, certaines données ayant suggéré que la consommation de boissons light/zero sans sucres conduisait à manger plus de sucres, notamment en raison d’une modification de la régulation du taux de sucre dans le sang. Cette nouvelle étude montre que ce n’est pas du tout le cas, au contraire…

Les boissons light/zero ne font pas manger plus sucré que l’eau

Cette étude porte sur les données de la National Health and Nutrition Examination Survey (NHANES) 2001-2012 auprès de 25 817 adultes non diabétiques, aux États-Unis. L’objectif consistait à évaluer la relation entre la consommation d’eau ou de boissons light/zero et les apports en nutriments ainsi que plusieurs paramètres impliqués dans la régulation du taux sanguin de sucre.

Les résultats montrent que ni la consommation élevée de boissons light/zero, ni celle d’eau, n’est associée à un apport plus élevé en énergie. Par contre, il apparait que des apports plus élevés en boissons light/zero sont associés de manière significative à une consommation plus faible de glucides, de sucres totaux ainsi que de sucres ajoutés, que dans le cas d’apports élevés en eau. En d’autres termes, non, les boissons light/zero n’amènent pas à manger plus sucré que l’eau, au contraire !

Des marqueurs du diabète plus favorables avec le light/zero

Mais ce n’est pas tout ! L’étude montre encore que des apports élevés en boissons light/zero sont associés à un profil favorable pour plusieurs marqueurs de risque de diabète. Ainsi, un apport élevé en boissons light/zero, tout comme en eau, sont tous deux associés à des taux plus bas d’insuline, l’hormone stimulée en réponse à un apport en glucides/sucres. De plus, comparativement à l’eau, un apport élevé en boissons light/zero est associé à un taux plus bas d’un indicateur du taux de sucre moyen dans le sang (la protéine HbA1), ainsi qu’à une résistance à l’insuline plus faible (une augmentation de la résistance à l’insuline est un signe précoce de risque accru de diabète de type 2).

Tout ceci montre que la consommation de boissons light/zero – contrairement à ce que prétendent certaines études – est associée à un effet positif similaire, voire meilleur, pour ce qui concerne le taux de sucre et le risque de diabète, que la consommation d’eau. Les auteurs concluent que « ces données suggèrent que les boissons light/zero, en plus de la consommation d’eau, peuvent représenter un choix judicieux pour aider à contrôler l’apport en sucres et en glucides ».

Référence: Leahy M et al. Nutrients 2017,9 (9),928 doi:10.3390/nu9090928

 

Articles liés
boissons-light-poids

L’impact des boissons light/zéro sur le poids

Les boissons light/zéro ne contiennent pratiquement plus de calories, mais quelle est leur utilité pour perdre du poids ? De nouvelles données montrent qu’elles s’avèrent bel et bien utiles dans le cadre du contrôle du poids.

diabete-gestationnel

Diabète gestationnel: 1 naissance sur 7 est affectée!

Deux femmes sur cinq atteintes de diabète sont en âge de procréer, ce qui représente plus de 60 millions de femmes dans le monde. Un sujet sensible, qui fait face à de la discrimination, et auquel une campagne de l’International Diabetes Federation (IDF) a été entièrement consacrée en 2017. Les enjeux dans cette infographie.