Retour à la liste

Les boissons light sans sucres aident à maintenir le poids

Les résultats d’une étude menée par la North Carolina University concernant l’effet des boissons light sans sucres sur le poids ont été publiés dans l’édition d’avril de l’American Journal of Clinical Nutrition.

boissons-light-poids

Cette étude examine non seulement la consommation de boissons, mais aussi l’ensemble du régime alimentaire de personnes consommant des boissons light et de celles buvant des boissons rafraîchissantes sucrées, y compris leurs effets sur le poids. Les chercheurs ont examiné les données sur une période de vingt ans et plus auprès d’une population de plus de 400 jeunes adultes.

Les chercheurs ont conclu que cette étude soutient les recommandations de l’American Diabetes Association et les recommandations de nombreux programmes alimentaires selon lesquelles les boissons light sans sucres aident à perdre du poids ou tout au moins à maintenir le poids, mais uniquement dans la mesure où les autres habitudes alimentaires sont saines.

Source:

Articles liés
Laagcalorische-zoetstoffen-diabetes

Les édulcorants basses calories utiles dans le diabète

Le surpoids et l’obésité représentent un des principaux facteurs associés à la maladie. Les recherches suggèrent que les édulcorants basses calories pourraient jouer un rôle important dans la prévention et la gestion de la maladie.

stevia-plante-edulcorant

VIDEO! Comment obtient-on l’édulcorant à base de Stevia?

De la culture de la plante à l’extraction des molécules sucrées pour obtenir une poudre, découvrez dans cette animation les principales étapes de l’obtention de l’édulcorant issu de la plante Stevia rebaudiana, une plante utilisée depuis des siècles dans certaines régions du monde pour sucrer les boissons.

mythes-cancer-stress

Les mythes sur le cancer sont bien présents

Stress, édulcorants, boissons en bouteilles en plastique… Une étude britannique montre que les croyances à propos de facteurs de risque de cancer – qui sont des mythes – sont courantes, alors qu’une personne sur deux ne connait pas les facteurs de risques établis.