Retour à la liste

L’OMS recommande de limiter encore plus les sucres

L’Organisation Mondiale de la Santé émet de nouvelles recommandations sur les sucres libres, ceux qui sont utilisés pour sucrer les aliments et boissons. Dans ce contexte, les édulcorants basses calories sont de précieux alliés pour bénéficier des avantages santé liés à une consommation contrôlée de sucres ajoutés.

oms-recommandations-sucres

Les sucres dits « libres » désignent les sucres utilisés pour sucrer les aliments et boissons. On y trouve tant le sucre (saccharose) de betterave ou de canne à sucre, que le sucre blanc ou brun, le fructose, le miel, le sirop de glucose issu du maïs, les sirops de blé, d’agave… L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) y inclut aussi les jus de fruits.

Les nouvelles recommandations de l’OMS (1) distinguent deux niveaux de limitation pour les sucres libres : le premier, qui est fortement recommandé, préconise de ne pas dépasser 10 % de l’apport énergétique total (AET) sous forme de sucres libres. C’est la recommandation déjà appliquée dans de nombreux pays, y compris en Belgique (2), mais sans compter les jus de fruits, qui se voit confirmée. Elle se base sur les données indiquant que le respect de cette limite est favorable au contrôle du poids. Cela correspond, pour une journée de 2000 kcal, à 50 grammes de sucres soit environ 8 morceaux de sucre. Le second niveau, plus sévère, vise à ne pas dépasser 5 % de l’AET, ce qui correspond à un verre de 25 cl de jus de fruits. Elle se base sur un nombre limité de données suggérant un effet bénéfique sur la carie dentaire.

Pour le Prof Jean Nève (Président du Conseil Supérieur de la Santé), « La limite des 10 % reste l’objectif à atteindre en priorité, ce qui ne semble toujours pas être le cas en Belgique. Les efforts sont donc à poursuivre pour limiter la consommation de sucres ajoutés, dont l’excès pèse lourdement sur la santé ».

Dans ce contexte, les édulcorants basses calories sont de précieux alliés pour bénéficier des avantages santé liés à une consommation contrôlée de sucres ajoutés, comme l’a rappelé un panel d’experts ainsi qu’une revue récemment parue dans Current Obesity Reports.

(1) WHO. Sugars intake for adult and children; 2015.
(2) Conseil Supérieur de la Santé. Recommandations nutritionnelles pour la Belgique, révision 2009. 
Articles liés
diabete-obesite

Pas d’effet négatif des édulcorants sur le diabète et l’obésité

Une étude in vitro présentée au Congrès de Biologie Expérimentale à San Diego, USA, met en cause les édulcorants hypocaloriques dans la survenue de l’obésité et du diabète. L’International Sweeteners Association (ISA) réagit et nuance les résultats à la lumière des effets bien démontrés chez l’homme.

contaminant-naturel-artificiel

Sans danger les contaminants naturels?

C’est en tout cas ce que pensent de nombreux consommateurs, davantage préoccupés par les contaminants synthétiques présents dans l’alimentation. Et pourtant, l’insécurité alimentaire guette aussi dans la nature…