Retour à la liste

Quel régime pour prévenir le diabète de type 2 ?

Régime méditerranéen? Végétarien? Pauvre en glucides ou en graisses? Plus qu’un régime en particulier, c’est avant tout une alimentation capable de maintenir ou de retrouver un poids sain qui importe. Le point sur la base du nouveau consensus de l’American Diabetes Association.

regime-prevenir-diabete-type2

Le diabète de type 2 connait une vaste expansion dans le monde.  La principale raison est connue : c’est l’excès de poids et/ou l’obésité. Ce qui signifie que le diabète est largement évitable si l’on prévient l’accumulation des kilos excédentaires. Le diabète ne survient pas d’un coup, il est précédé d’une période que l’on appelle le prédiabète. Et même une fois installé, une prise en charge nutritionnelle peut faire évoluer favorablement le diabète.

Dans son récent consensus pour le traitement par la nutrition des adultes ayant un diabète ou un prédiabète, l’American Diabetes Association (ADA) précise les objectifs de la prise en charge nutritionnelle. Il s’agit :

  • d’adopter des habitudes alimentaires saines capables de contrôler la glycémie (un objectif facilité par le remplacement du sucre par des édulcorants basses calories) ;
  • d’atteindre et maintenir ses objectifs de poids ;
  • de prévenir ou retarder l’apparition des complications

À lire aussi : qu’est-ce qu’un poids sain?

Quel régime anti-diabète ? Celui qui vous convient le mieux !

Les premiers régimes pour diabétiques étaient pratiquement dépourvus de glucides (suppression des féculents, des sucreries, des fruits…). Actuellement, c’est plutôt une alimentation pauvre en graisses et riche en glucides, comme dans l’alimentation équilibrée pour tout un chacun, qui est prônée. Néanmoins, la répartition idéale des glucides, lipides et protéines fait toujours l’objet de discussions, et il existe des régimes très différents, avec deux extrêmes :  d’un côté les régimes pauvres en glucides et riches en lipides (type Atkins), d’un autre côté les régimes pauvres en lipides et riches en glucides (généralement recommandés par les instances de santé).

Dans son nouveau consensus, l’ADA précise qu’il n’existe pas de répartition imposée entre lipides, glucides et protéines qui convienne à tout le monde, que ce soit en cas de diabète ou pour le prévenir. L’ADA a examiné différents régimes, dont l’alimentation méditerranéenne, les régimes pauvres en glucides, pauvres en lipides… pour conclure qu’aucun d’entre eux ne se détache du lot. La société savante reste donc très flexible, en insistant sur le caractère personnalisé des conseils diététiques et le fait de tenir compte notamment des préférences. Elle insiste surtout sur l’importance de la taille des portions en cas d’excès de poids, et la limitation des sucres ajoutés et des amidons raffinés (comme les produits à base de farine blanche par exemple) au profit des produits céréaliers complets.

Alimentation et activité physique sont efficaces

L’efficacité des mesures hygiéno-diététiques vient une nouvelle fois d’être montrée dans une étude menée en Chine (pays où le diabète connait une forte progression). Les chercheurs ont suivi des personnes qui présentaient un prédiabète et qui, pendant 6 ans, ont changé ou non leur mode de vie (alimentation et activité physique). L’étude montre que 30 ans après le début de l’intervention, les changements alimentaires et l’activité physique ont retardé l’apparition du diabète de pratiquement 4 ans, par rapport à ceux qui n’ont pas modifié leur mode de vie. Cela conduit en outre à une réduction des complications et à une augmentation de l’espérance de vie.

Substitués aux sucres ajoutés, les édulcorants basses calories peuvent aider à la fois à un meilleur contrôle de la glycémie ainsi qu’à la réduction des calories consommées, tout en gardant le plaisir lié à la saveur sucrée.

À lire aussi : pourquoi les édulcorants sont utiles pour le poids?

 

Références:
American Diabetes Association. Nutrition Therapy for Adults With Diabetes or Prediabetes: A Consensus Report. Diabetes Care 2019 Apr;dci190014
Gond Q et al. The Lancet Diabetes & Endocrinology, June 01, 2019
Articles liés