Retour à la liste

Peut-on prendre un dessert en cas de diabète?

Les desserts sont souvent déconseillés en cas de diabète. Pourtant, ils peuvent très bien trouver leur place, à condition d’être bien conçus. Voici les critères de choix.

edulcorants-dessert-diabete

Dans le diabète, l’alimentation joue un rôle essentiel pour limiter les risques de complication. Si les sucres sont habituellement les premiers dans le collimateur, il y a bien d’autres aspects qui retiennent l’attention : l’apport calorique global, la qualité et la quantité de graisses, la présence suffisante de fibres alimentaires. Et au bout du compte, l’alimentation idéale pour la personne diabétique est une alimentation qui serait également parfaite pour tout un chacun qui souhaite rester en bonne santé ! Mais qu’en est-il du dessert, qui est souvent de piètre intérêt nutritionnel, mais consommé pour le plaisir ?

À lire aussi : Puis-je manger des fruits en cas de diabète ?

Le dessert, un plaisir qui doit avoir sa place

Bien entendu, on pourrait vivre sans manger de dessert. Mais comme le rappellent ces endocrinologues indiens dans le Journal of the Pakistan Medical Association,  l’alimentation ne doit pas seulement répondre aux besoins physiologiques, mais aussi être visuellement attrayante, avoir bon goût et procurer du plaisir (hédonisme). Et le dessert, surtout en raison de son caractère sucré, répond parfaitement à ces attentes hédoniques, et il n’y a pas de raison que les personnes diabétiques en soient privées. Ainsi, les auteurs formulent différentes recommandations pour que les personnes diabétiques puissent pleinement profiter d’un dessert.

Les principaux points attendus pour un dessert sain

  • Un apport calorique faible à modéré par portion.
  • Un index glycémique et une charge glycémique bas.
  • Être dense en nutriments (fibres, vitamines, minéraux…).
  • Privilégier les acides gras mono-insaturés et polyinsaturés, au détriment des acides gras saturés et des acides gras trans.
  • Apporter des protéines par le biais de produits laitiers
  • Être source de prébiotiques et de fibres
  • Être acceptable, accessible et abordable

A lire aussi : Faut-il faire attention aux édulcorants en cas de diabète?

Recommandations concrètes pour le dessert

Voici comment permettre aux personnes diabétiques de profiter du dessert, tout en poursuivant la thérapie médicale nutritionnelle nécessaire :

  • Choisir l’ingrédient principal parmi : céréales complètes, fruits, graines, produits laitiers maigres, légumes.
  • Utiliser les bonnes techniques de cuisson (si cuisson il y a) : au four, à la vapeur…
  • Remplacer le sucre par des édulcorants basses calories. Une petite quantité de sucres libres peut occasionnellement être utilisée, mais l’usage des sucres libres gagne à être réduit. Les épices et condiments peuvent également aider à réduire les sucres libres, tout en augmentant la flaveur : cardamome, cannelle, noix de muscade, safran, vanille, gingembre…
  • Penser aux aliments prébiotiques, dont ceux qui apportent des fibres alimentaires, pour le microbiote intestinal.
  • Pour la pâtisserie, remplacer la farine blanche par une farine complète et une partie de la matière grasse par des fruits ou des légumes  (pommes, carottes ou courges dans les gâteaux)
  • Pour contrôler les portions, utiliser des assiettes et bols plus petits, voire des verrines, ainsi que des petites fourchettes et cuillères comme couverts.
  • Décorer les desserts avec des fruits frais et/ou fruits à coques.
  • Consommer le dessert juste après le repas et pas en dehors de celui-ci.
Référence:
Priya G et al. J Pak Med Assoc 2019, 69(4): (ç(-597.
Articles liés
mythes-cancer-stress

Les mythes sur le cancer sont bien présents

Stress, édulcorants, boissons en bouteilles en plastique… Une étude britannique montre que les croyances à propos de facteurs de risque de cancer – qui sont des mythes – sont courantes, alors qu’une personne sur deux ne connait pas les facteurs de risques établis.

diabete-obesite

Pas d’effet négatif des édulcorants sur le diabète et l’obésité

Une étude in vitro présentée au Congrès de Biologie Expérimentale à San Diego, USA, met en cause les édulcorants hypocaloriques dans la survenue de l’obésité et du diabète. L’International Sweeteners Association (ISA) réagit et nuance les résultats à la lumière des effets bien démontrés chez l’homme.